Accueil » Vos témoignages

Qui gagne, perd

Vos témoignages


En France, plusieurs centaines de milliers de personnes souffrent d'addiction au jeu. Vos témoignages aident à briser le silence des autres joueurs et de leur entourage, à les sortir de l'isolement. Des solutions existent, quelles que soient vos difficultés : "Il y a encore une vie après le jeu", nous a dit Isabelle, après avoir vécu l'enfer…

Vous pouvez les déposer sur contact@sos-joueurs.fr.
Dans le respect d'un strict anonymat nous ne publierons pas vos noms, prénoms, départements, ou professions.

 

 


 

Marc : « Je suis un joueur compulsif.

Une fois nos factures payées 80% de ce qui nous reste part au casino. On fait les courses en début de mois et après une semaine cela devient galère. La semaine on dépense très peu et le week-end c'est 200 à 300 euros qui se volatilisent au casino. On met l'essence avant d’aller au casino et nos seuls loisirs sont le jeu, le jeu, le jeu. Nous avons du faire un dossier de surendettement (trop de crédit pour jouer). Aujourd’hui nous sommes conscient que notre problème est le jeu sans cette addiction on aurait une belle vie (je pense). Nous avons 2 ados et nous sommes obligés de restreindre leurs loisirs à cause du jeu. Ma femme et moi sommes tout les 2 joueurs (pas de risque de dispute pour ça, bien que souvent nous sommes tendus a cause du budget). Ne voulant pas que notre situation se dégrade plus, nous recherchons des solutions pour stopper cette addiction. C'est pourquoi je poste un témoignage sur ce site. Merci de nous faire part de vos suggestions pour que l'on arrête notre hémorragie financière avant de perdre pied. Le jeu c'était bien au début maintenant c'est un cancer. »

 

 

 

 

Christine : « Je vous contacte pour une aide au sujet du jeu.

Je joue au grattage, rapido, loto et je me mets  dans des situations financières pas possible (je paye pas le loyers etc...). J'aimerai m'en sortir et je ne vois que vous pour m'aider car j'ai déjà essayé d'arrêter mais sans succès! Puis-je avoir un rendez vous? Cordialement. »

 

 

 

 

 

 

Mathieu : « J’ai besoin de votre aide, je suis dépendant du jeu.

Je ne supporte plus la personne que je suis devenu. Je me bas contre mes démons perpétuellement et à ce jour je n’ai plus la force de continuer comme cela. J’ai une famille qui m’aime, une femme qui m’a beaucoup aidée et que je détruis. A ce jour j ai détourné de l’argent, volé des chèques, carte bleue. J’ai persuadé mon amie d’acheter une maison, un psy m’a donné un traitement pour m’aider et aujourd’hui la vie est un enfer car j’ai recommencé sans savoir me donner de limite. J’ai mis ma femme en danger financier. Stop ! Je ne veux plus de cette vie de jeux et de mensonge ! SVP aidez moi a m’en sortir car je l’admet enfin je suis malade et les courses ne m’en sortiront jamais. »

 

 

 

 

 

Catherine : « Je vous écris car mon conjoint est dépendant au jeu de poker et paris sur Internet mais il ne le reconnaît pas.

Il est toujours à découvert, ne paye plus le loyer (il doit 2367 euros de loyer), ne paye pas ces impôts… Je voudrais que sa s’arrête car je suis enceinte de 8 mois, comment faire pour ces dettes? Peut on l’interdire de jeu? »

 

 

 

 

 

 

Nicolas : « Ce n'est pas non sans mal que je vous écris aujourd'hui. Mais je pense vraiment avoir besoin d'aide.

Je suis devenu un accroc au jeu, plus particulièrement au poker. Je n'arrive pas me contrôler et je tente toujours de rattraper mes pertes. J'ai seulement 19ans et je ne veux pas gâcher ma vie à cause de ça. J'ai déjà des problèmes d'argent à cause de cela. J'ai une fiancée et je ne tiens pas à la perdre. C'est pourquoi je vous demande de l'aide… »

 

 

 

 

 

Marianne : « Je me permets de vous écrire par désespoir de mon couple.

Mariée depuis juillet dernier, nous attendons un bébé pour fin juillet de cette année. Mon mari que j'aime vraiment, me rend la vie difficile depuis plusieurs mois. Il est accro aux paris sportifs. Nous avions eu déjà une crise en novembre dernier, je suis allée chez mes parents qui nous ont aidé à rembourser notre problème financier. Je pensais fort que tout irait mieux, qu'il avait réagi. Mais voilà nous revoici dans le même cas, étant enceinte de 7mois bientôt je ne sais + quoi faire. De peur de refaire mal à mes parents qui ont déjà beaucoup fait, je me retrouve seule. J'ai essayé qu'il me parle mais il dit toujours que ça va allé mieux mais ne me dit pas ce qu'il ressent. Je culpabilise et je ne comprends pas pourquoi pas lui? Je ne sais plus quoi faire, je lui ai dit que ses soucis étaient les miens, que nous devrions aller consulter un médecin pour nous aider. Il devient moins patient qu'avant et me laisse pleurer seule. Je lui ai dit que j'allais divorcer mais il sait très bien que je ne le ferai pas dans notre situation actuelle avec le bébé. Je suis certaine que je l'aime et que lui aussi mais je ne peux plus vivre cette situation financière. Pensez-vous qu'il est possible qu'il se soigne? Que dois je faire pour l'aider? Merci de votre soutien. »

 

 

 

 

 

Olivier : « Je vous écris aujourd'hui car je joue depuis 5 ans aux paris en ligne.

Au début, je jouais des petites mises, puis j'ai commencé à perdre, et à jouer de plus grosses mises pour me refaire. Aujourd'hui, je joue mes salaires, je n'ai plus la joie de vivre, parier est une obsession, je ne peux plus m'en passer. Je détruis ma vie, je risque de perdre ma petite amie avec qui je suis depuis 4 ans. Elle est toujours là pour moi, nous avons des projets mais nous ne pouvons pas les réaliser à cause de ma dépendance aux jeux. Un jour elle se lassera. Elle est prête à m'aider, à me soutenir mais seule elle n'y arrivera pas. J'y pense constamment, j'ai des fois le sentiment que je n'y arriverais jamais. J'ai envie que ça s'arrête et d'avoir une vie normale donc aidez moi s'il vous plait. »

 

 

 

 

 

Emmanuel : « Je suis tombé par hasard sur votre site, ayant des difficultés financières dues à mon addiction à la bourse.

Je cumule depuis 2008, 60.000 euros de perte, ayant toujours l'espoir de m'améliorer en trouvant la méthode qui me permettrait de récupérer ces pertes et de rembourser les crédits que j'ai contracté. Malheureusement, mois après mois, je continue de perdre et de me retrouver la ceinture serrée et la boule au ventre. Je pense avoir une addiction pathologique et souhaiterais avoir un regard   extérieur sur ce qui m'arrive… »